Eole

Cheval de Skyros – Hongre •
Né en 2008 à Corfu, Grèce, au sein de l’élevage du Silva Project.

Mère : Samantha
Père : Apostolis

Eole est le père de quatre poulains : Iti et Kaleo par Pandora, Kosmo et un prochain à naître en mars par Pepper.

Eole est arrivé en France avec Echo, Pepper et Pandora en mars 2017. On savait qu’il serait beau mais on ne s’attendait pas à autant de charisme.

Eole a d’abord vécu en troupeau avec Achille, hongre, et Echo, jeune entier. Tout s’est plutôt bien passé jusqu’aux premières saillies, en juin 2017, qui ont marqué l’apparition des premiers comportements agressifs d’Eole envers ses colocataires.

Après plusieurs petites attaques, et une dernière assez violente envers Echo, on s’est décidées à isoler Eole, le temps de lui trouver un mode de vie adapté. Il est parti vivre avec un petit troupeau de brebis et s’est lié d’amitié avec Biniou le bélier.

En mars 2019, Pandora nous a rejoint dans le Trièves. La rencontre avec Eole se passe à merveille et en dix minutes, ils deviennent inséparables. Le mois d’après, c’est Pepper qui les rejoint. La rencontre prend un peu plus de temps mais tout fini par s’organiser et les trois acolytes forment le plus paisible des troupeaux. Grâce à cet équilibre retrouvé, on a pu progressivement exposer Eole à des situations qui autrefois auraient déclenché chez lui des comportements agressifs. Avec beaucoup de temps et un peu d’organisation, on peut aujourd’hui le mettre en présence d’autres hongres, voire d’autres entiers, sans qu’il ne se déclenche. Il a retrouvé une communication saine et exprime de nombreux signaux d’apaisement dans des situations qui autrefois lui procuraient un stress bien au dessus de son seuil de tolérance. Et tout ça s’est vérifié lors de son passage à la clinique vétérinaire.

Et oui parce qu’après qu’il nous ait offert quatre poulains Skyros et un croisé Welsh, nous avons pris la décision de castrer Eole et ce pour deux raisons :

  • Le bien-être général de nos troupeaux
    De ce que l’on a observé avec nos jeunes entiers, et comme ça nous l’a été confirmé par le Skyros Island Horse Trust, qui gère aussi de nombreux entiers depuis des années, les jeunes mâles peuvent vivre en troupeaux de bachelors jusqu’à leur quatre ans. À partir de cet âge là, les contraintes spatiales que nous leur imposons deviennent trop limitantes et des comportements agressifs font leur apparition dans le troupeau (Echo nous l’a encore montré au printemps dernier). Pour éviter de mettre nos jeunes entiers dans cette situation, et pour leur éviter aussi d’avoir à vivre seuls trop longtemps, nous avons pris la décision de ne pas attendre au delà de leur quatre ans pour les mettre en contact de juments. Il a donc fallu faire des choix pour les années à venir, n’ayant que deux juments de Skyros en âge d’être saillies.
  • La diversité des lignées
    Le Cheval de Skyros est une race menacée dont il ne reste que 250 spécimens au monde. Pour éviter une trop grande consanguinité, les croisements ne doivent pas être pris à la légère et nous avons la chance de travailler en collaboration avec les éleveurs Grecs qui nous aiguillent sur les bons choix. Eole ayant déjà eu quatre poulains, dont au moins une femelle et deux mâles, il est temps pour lui de laisser la place aux prochains. Ces croisements nous permettent d’étendre le pool génétique en préservant la diversité génétique du Cheval de Skyros.

Étant maintenant castré, Eole est en mesure d’être adopté (pour rappel, l’association ne garde pas de hongres, son but principal étant d’assurer la stabilité des troupeaux reproducteurs). La bonne nouvelle c’est qu’il est déjà adopté (la mauvaise étant qu’il n’a pas eu le temps d’être proposé à l’adoption… désolée pour les potentiels intéressés !)

Comme certains d’entre vous s’en doutent, c’est Clio, la fondatrice de Bouillon de Poney, qui a mis le grappin dessus avant même qu’on ait le temps d’envisager son adoption. Et c’est une bonne nouvelle pour Pepper, Pandora et les poulains ! Eole va rester dans le Trièves, où il pourra continuer à jouer son rôle de père ou de tonton (dans lequel il excelle) et de compagnon auprès des juments en pause (nous avons choisi de ne mettre les juments à la saillie qu’un an sur deux). C’est aussi une bonne nouvelle pour vous qui pourrez continuer à venir le voir ou le revoir !